Un Jokkolabs en cours d’ouverture au BENIN

Chers lecteurs, cela fait déjà un bon moment que je me suis absenté. Cependant, je n’ai guère cessé d’alimenter ce blog.

Je reviens aujourd’hui avec ce petit billet rédigé depuis peu mais pas eu le temps de le mettre en ligne. Il s’agit d’un point sur notre rencontre avec Karim SY, fondateur de Jokkolabs.

Karim SY en communication

Le 09 Janvier 2015, dans un café (que je trouve très agréable; convivial et détendu pour échanger et même parler affaire) à Cadjèhoun, il a été organisé une rencontre de partage d’information et d’expériences entre les acteurs du monde numérique béninois et le fondateur de Jokkolabs le tout premier du nom au SENEGAL. Il n’était pas seul, mais en compagnie d’un membre de Jokkolabs du BURKINA FASO ainsi Yadranka ZORICA, Directrice de Cité Internationale Wallonie Bruxelles www.ciwb.be

Le communicateur, en s’adressant au public béninois venu à sa rencontre, a eu à souligner en abordant la question de la nouvelle économie du numérique que ce n’est pas forcement entreprendre avec les technologies, mais s’en servir comme outils. Il est allé encore plus loin en affirmant que l’économie est transportée par le numérique aujourd’hui.

Selon Karim, en répondant à l’un des participants qui fit une remarque sur cette jeunesse qui veut toujours  »faire chemin seul » il faut qu’on arrête d’être dans la dynamique de la démarche individuelle. Pour lui, C’est ensemble qu’on peut créer de la valeur ajoutée pour ainsi nous rappeler l’importance de la culture d’un esprit fédérateur et le principe d’un espace de coworking.Les participants

Oh, j’allais oublier :  »Jokko » veut dire connexion, partage. Jokkolabs est un hub, un laboratoire social et économique.

Conseil ???

Action time : Etant aux croisement de l’innovation, comment agir de façon proactive??.

KARIM SY, finira l’entretien par cette citation de Georges Clemenceau:

La guerre est très sérieuse pour la laisser aux mains des militaires.

Nous ne devons laisser nul personne prendre des décisions à notre place et n’attendons non plus rien de qui que ce soit. Nous avons des responsabilités

Le Next???

A l’instar des Jokkolabs de Dakar, Ouagadougou, Abidjan, Bamako et de Casablanca, la capitale économique du BENIN: Cotonou s’apprête à accueil le sien.

Les échanges ont continué entre les participants dans un cadre agréable sous une ambiance bon enfant à l’ESCALE DE LA DIASPORA autour de pains américains et du Coca-cola sur l’esplanade de la place du souvenir

Publicités

Opérationnalisation du projet Sankoré au Bénin

Opérationnalisation du projet Sankoré au Bénin: les activités piétinent.

La numérisation de l’éducation est l’un des défis majeurs actuels qui s’imposent à tous les Etats du monde. Le lancement et la mise en œuvre du projet Sankoré depuis 2012 avait été accueilli avec grand enthousiasme par les acteurs de l’école béninoise. Près de deux ans après la remise des équipements destinés aux classes numériques, quel est le nouveau visage de Sankoré au Bénin ?

La Classe Numérique à l' EPP SIKE-NORD/B

La Classe Numérique à l’ EPP SIKE-NORD/B

La révolution de l’éducation numérique pour tous est en passe de se généraliser sur tout le continent africain. Le Bénin est pris en compte dans le projet Sankoré en Afrique, après le Sénégal et le Mali. « Nous devons faire de l’éducation numérique au Bénin, un véritable outil de développement. C’est pourquoi nous avons créé ce comité de pilotage dont la mission est de suivre la mise en œuvre du projet, d’anticiper les difficultés éventuelles, de proposer des approches de solutions, de l’adapter à toutes nouvelles données et d’assurer la maintenance des équipements » avait déclaré le ministre Alassane Djimba Soumanou le 24 mai 2012. Le programme et le logiciel Open-Sankoré s’inscrivent dans le cadre du Programme d’éducation numérique au Bénin. L’introduction des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans l’éducation offre toute une toile d´opportunités. Les TIC sont une source intarissable d’inspiration pour l’innovation et le développement de matériels et logiciels d’apprentissage pédagogique plus rapide et surtout interactif. A cet effet Sankoré a choisi d’« offrir aux enseignants un puissant outil de recherche, d’évaluation et de partage des ressources numériques disponibles dans le monde ; participer à la formation des enseignants/formateurs au travers de pédagogies numériques et de promouvoir la création de nouvelles écoles équipées en programmes numériques », a expliqué le Professeur Albert-Claude Benhamou de la Délégation Interministérielle à l’Education Numérique en Afrique (DIENA). Ainsi, grâce à un projecteur interactif relié à l’ordinateur du professeur, un simple mur blanc devient un écran géant d’ordinateur. Sur cet écran, l’enseignant et ses élèves peuvent, avec un stylet ou même avec le doigt, écrire, effacer, faire apparaître des textes, des illustrations, des ressources multimédia, des animations et des exercices interactifs. Les enseignants peuvent sans connaissance technique avancée créer des cours enrichis et interactifs. Ils peuvent ensuite éditer ces cours, les diffuser et les partager avec la communauté des enseignants Sankoré grâce au portail Planète Sankoré. Un moteur de recherche intelligent donne accès aisément à la bibliothèque des Ressources numériques éducative libres (RNEL).

Le Bénin est-il « sankoréable » ?

4 Ecoles Primaires Publiques dont 2 à Cotonou et 2 à Sèmè-Podji ont été choisies au Bénin. Les premiers bénéficiaires de ce projet sont les enfants âgés de 6 à 11 ans scolarisés dans les écoles pilotes Sankoré équipées d’une classe numérique. Chaque école désigne un enseignant, responsable du projet Sankoré ; celui-ci suit une formation spécifique : fonctionnement du Mur Numérique Interactif (MNI), utilisation du logiciel Open-Sankoré et du portail internet Planète-Sankoré. Celui-ci est ensuite chargé de former à son tour les autres membres de l’équipe éducative de son école. Aujourd’hui, le constat est triste dans ces écoles Sankoré. Tout en reconnaissant le bien fondé des classes numériques, les enseignants et directeurs d’écoles sont confrontés à des difficultés qui entravent l’utilisation optimale des équipements Sankoré mis à leur disposition. Il s’agit prioritairement du défaut de formation des enseignants dans le maniement de cet outil moderne de dispensation du savoir et aussi de l’accompagnement en énergie solaire qui fait défaut, surtout en ces temps où le délestage sévit.

Des exemples de réussite ailleurs

Au Burkina Faso, le projet Sankoré s’est concrétisé notamment dans le domaine de l’alphabétisation. Le ministère burkinabé de l’éducation nationale et de l’alphabétisation veille à sa mise en oeuvre et sa pérénisation . Le tableau numérique interactif a permis à 30 femmes de suivre des cours d’alphabétisation. Ces femmes qui faisaient partie des 70% d’illettrés du pays peuvent désormais lire, écrire et calculer dans leur langue le mooré. C’est l’association Pagb Neere qui organise ces cours d’alphabétisation à Ouagadougou au travers d’un tableau numérique interactif ainsi que le logiciel Open-Sankoré : des technologies bien adaptées pour cet apprentissage. En Haïti, par exemple Sankoré s’est concrétisé par l’installation de 180 classes numériques en collaboration avec l’association « Haïti Futur ». Cette action a valu à « Haïti Futur » de remporter le prix de l’USAID (United States Agency for International Development, agence indépendante du gouvernement des États-Unis chargée de développement économique et de l’assistance humanitaire dans le monde), mondialement reconnu.

Par Mikaïla ISSA

L’ERE DES MOOC

Image Lorsqu’il s’agit de découvrir, d’acquérir de nouvelles connaissances ou bien de mettre à jour ma base de données, je ne peux m’empêcher de suivre les MOOC (Massive Open Online Courses, c’est un cours en ligne ouverts à tous) qui m’offrent cette opportunité. J’ai créé ce blog depuis quelques années, mais je ne l’ai pas encore bien alimenté de sujets. Alors, je profite de l’un des exercices du MOOC « Soyez acteur du web » pour y mettre un post. Selon moi les MOOC constituent de nouvelles générations de cours pour de meilleurs formations à l’ère du numérique.

En suivant ces cours, l’on peut développer de nouvelles compétences ou renforcer davantage celles que nous possédons déjà. Le renforcement des capacité s’avère très nécessaire pour répondre, faire face aux différentes exigences de chaque domaine.

Lorsqu’on détient une compétence, on est capable d’agir ou réagir dans toute une série de situations plus ou moins imprévisibles, en mobilisant ses savoirs et ses aptitudes de façon pertinente. Détenir des savoirs ne suffit pas. Il faut aussi avoir pris du recul sur ses propres aptitudes, pour s’adapter aux situations qu’on rencontre et faire les bons choix.

Tirée du MOOC C2i

Sur les MOOC, il y a tellement à en dire. Alors mon article à venir lui sera essentiellement dédié.

source image:http://afeit.asso.fr/wp-content/uploads/2014/02/MOOC.png